Byron Bay Surf Festival

Chaque année, Byron Bay organise un grand festival autour du surf durant 3 jours consécutifs. Cet événement est l’occasion, pour tous les amateurs de ce sport magnifique, de se retrouver et partager de très bons moments dans la joie & la bonne humeur. Patricia, ayant eu vent de l’existence de ce festival sur Facebook, me propose d’y aller ensemble pendant ces 3 jours de fête. N’hésitant pas un seul instant, j’accepte sa proposition et pose 3 jours de congé afin de profiter pleinement du festival.

Le matin du départ, nous emportons avec nous le strict minimum afin de ne pas être trop surchargé. Pour 2 nuits, il n’est pas nécessaire d’avoir des tonnes d’affaires, d’autant plus que nous allons dormir dans la voiture. Il nous faut donc de la place pour poser le matelas. Avant de partir et pour nous mettre dans l’esprit hippie de Byron, Patricia souhaite que l’on change de look et décide de me faire une coupe de cheveux à la baba cool. Pourquoi pas. Je la laisse faire et me retrouve pour la 1ère fois avec une tresse sur la tête.

Suite à cet intermède coiffure, nous pouvons y aller ! Nous arrivons à Byron Bay en fin de matinée et partons directement « chiller » à Watego’s Beach (ma plage favorite) en attendant que le festival ne commence. Le temps est parfait, aucun nuage à l’horizon, grosse chaleur, c’est un jour à aller à la plage. A peine posé sur le sable chaud, je prends ma planche de surf et pars à l’eau. Les vagues ne sont pas très grosses mais suffisantes pour passer une bonne session. Par contre, on ne peut pas dire que je sois le seul à l’eau, la guerre pour prendre une vague risque de s’annoncer difficile. Après quelques tentatives infructueuses (dues au nombre de surfeurs et à la mollesse des vagues), je parviens à me lever et prendre 1, puis 2, puis 3 vagues sans m’arrêter. Durant plus de 2h je reste à l’eau, profitant en toute sérénité des conditions de surf qui se sont améliorées au fil de la journée. Ce n’est qu’au moment où mon ventre crie famine que je décide de revenir sur la plage pour un déjeuner bien mérité. Patricia s’est endormie sur sa serviette, sûrement bercée par le bruit des vagues et la chaleur du soleil. A mon arrivée, cette dernière se réveille de son sommeil profond. Nous discutons de la suite des événements en listant les activités (gratuites) qui nous intéressent sur le site Internet du festival. L’ouverture est prévue dans la soirée avec la projection d’un film sur le surf bien entendu. Un cinéma de plein air va être installé spécifiquement pour l’occasion sur la Main Beach de Byron Bay. Le film ne commençant qu’aux environs de 20h, j’en profite pour retourner à l’eau pour une 2ème session qui restera gravé à jamais dans ma mémoire. Légèrement éloigné des autres surfeurs, je prends quelques vagues tranquillement dans mon coin quand tout à coup je suis rejoint par 2 dauphins ! Je n’en crois pas mes yeux, ils sont là à 1 ou 2 mètres de ma planche, en train de surfer des vagues. J’essaie de m’approcher mais ces derniers partent aussi vite qu’ils sont arrivés. Dommage, j’aurais bien voulu que l’on surfe ensemble mais ce sera pour une autre fois.

Lorsque le soleil commence à se coucher, nous décidons de quitter la plage et partir vers le centre-ville où la projection va bientôt avoir lieu. Ayant du temps devant nous, nous en profitons pour acheter une pizza à Domino’s avant de nous caler sur l’herbe de la Main Beach, attendant que le film ne commence. Autour de nous, beaucoup de monde attendent patiemment mais bizarrement rien ne semble être prêt…

La nuit tombée, toujours rien et je commence à me dire que nous ne sommes pas au bon endroit. Nous marchons le long de la plage avant de trouver enfin ce cinéma éphémère. Le film ayant déjà commencé, nous essayons de trouver une place parmi la foule de spectateurs arrivés bien avant nous… Par chance, une famille décide de partir. Nous en profitons pour nous installer et enfin regarder le film. En réalité, il s’agit plutôt d’un documentaire où l’on suit la famille Goodwin dans leur tour du monde. Nous voyageons à travers les yeux de Given, le fils aîné, âgé de 6 ans, qui donne une vision à la fois candide & humaniste de ce qu’il voit et des gens qu’il rencontre. Son père lui raconte qu’ils voyagent de pays en pays à la recherche du plus gros poisson du monde. Given n’a alors plus qu’une idée en tête, pêcher cette chimère existante uniquement dans son imaginaire. Quant aux parents, ils profitent de cette aventure pour surfer sur les plus belles plages du monde, parfois connues uniquement par les locaux. Le film offre aux spectateurs des images à couper le souffle, des paysages d’une beauté sans nom : de la savane Africaine, aux îles du Pacifique, en passant par les montagnes Tibétaines, nous avons l’impression de participer nous aussi au voyage de cette famille hors du commun. L’image qui m’a marqué le plus est sans doute lorsque le père part surfer sur la mer glacée Islandaise au beau milieu d’icebergs de plusieurs mètres de hauteur. Le film se termine sous les applaudissements largement mérités du public, subjugué par ce qu’il vient de voir. Le film véhicule un beau message de paix, d’harmonie, de tolérance et du respect de la nature qui nous offre chaque jour ses plus belles parures. Je vous conseille vivement de voir ce documentaire qui s’intitule Given, en référence au prénom de l’enfant racontant l’histoire.

Après cette belle projection, il est temps de s’éloigner du centre de Byron Bay pour trouver un lieu où passer la nuit, sans se faire arrêter par la police municipale et prendre une amende de plusieurs centaines de dollars. Je décide de partir vers une petite plage, excentrée de la ville où je ne pense pas que l’on soit dérangé par qui que ce soit. Effectivement, la nuit se passe sans incident. Réveillés par les rayons du soleil, nous partons prendre notre petit-déjeuner sur la Main Beach où un marché s’est installé pour la journée. Un chaï latte à la main, nous nous baladons au milieu des stands où les gens exposent et vendent planches & accessoires de surf, produits artisanaux ou encore vêtements au look baba cool. A l’intérieur de tipis et yourtes, installés durant les 3 jours de festival, des gens se réunissent pour discuter et partager leur point de vue sur un livre, une expérience de vie ou participer à un cours de yoga, de relaxation, de bien-être.

L’ambiance est très Peace & Love. Les gens sont souriants, heureux de discuter et faire découvrir leur travail, leur passion aux passants, venus à Byron pour échapper l’espace d’un week-end au quotidien de leur vie citadine. Ici, le temps a suspendu son vol, on se sent bien, épanoui, rempli des bonnes ondes qui nous entourent et surtout libre ! Sur le toit d’un bus, un groupe commence à jouer de la guitare et chanter une musique douce & envoûtante. Nous restons là, à les écouter avant de quitter le marché pour aller à la plage. Zen & détendus, nous passons l’après-midi à Watego’s Beach à bronzer & surfer.

En début de soirée, je propose à Patricia de monter jusqu’au phare de Byron pour admirer le coucher du soleil. Arrivés là-bas, nous nous asseyons face à la mer et à la plage principale de Byron Bay attendant que le soleil s’éclipse pour ne revenir que le lendemain matin. Malheureusement, les nuages cachant la vue, nous ne voyons qu’une partie du coucher du soleil.

Nous reprenons la voiture et partons dans le centre pour profiter de l’ambiance festive d’un des principaux bars de la ville. En rentrant à l’intérieur, nous constatons que 2 salles proposent 2 ambiances différentes : la 1ère ressemble plus à un concert où un groupe se produit alors que dans la 2ème un DJ joue de la musique techno. Nous passons une bonne partie de la nuit à danser dans les 2 salles, au milieu d’une foule où il est quasiment impossible de bouger. Aux alentours de 2h du matin, nous partons dormir au même endroit que la veille.

Le dernier jour est déjà arrivé. Pour clôturer le festival, une compétition de surf se déroule une bonne partie de la journée à Watego’s Beach. Le temps d’émerger, nous partons à la plage en milieu de matinée. Arrivés à Watego’s, il m’est impossible de trouver une place pour garer ma voiture !!! Tout a déjà été pris d’assaut et des dizaines de voitures cherchent comme moi un endroit où se poser sans grand succès. Je crois que l’on peut faire une croix sur la compétition de surf. Du coup, plan B, nous partons sur la Main Beach où je surfe quasiment pendant plus de 4h. Lorsque le ciel arbore une couleur orangée et que le soleil commence à se coucher, je décide de prendre une dernière vague avant de partir retrouver Patricia sur la plage. Le week-end est bel et bien terminé 😦

Ces 3 jours ont été une vraie bouffée d’air frais, dans cette ville qui a une place toute particulière dans mon cœur. Je n’étais pas revenu à Byron depuis mon départ pour la Gold Coast et ce retour au source m’a rappelé tous les bons moments passés ici, il y a déjà plusieurs mois de cela. Le temps passe vite, trop vite à mon goût… Cette expérience en Australie me fait prendre conscience qu’il est important de profiter de chaque instant car malheureusement, rien n’est éternel. Nous ne sommes que de passage sur cette terre donc autant vivre un maximum d’aventures avant de tirer définitivement sa révérence. En tout cas, c’est ce que je m’efforce de faire depuis que je suis parti de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s