Un tournant inattendu

Un mois s’est écoulé depuis mon arrivée sur Byron Bay où je mène une vie douce et délicieuse avec tous mes nouveaux amis backpackers. Pendant cette période, j’en ai profité pour réfléchir et savoir ce que je voulais faire par la suite. Ma 1ère idée a été d’essayer de trouver un boulot sur Byron et ainsi prolonger cette vie farniente jusqu’à Noël avant de rentrer en France pour les fêtes de fin d’année. Situation idyllique qui s’est avérée très compliquée à mettre en place pour 2 raisons :

  • Byron Bay est une toute petite ville où les opportunités de travail ne courent pas les rues. Les seuls jobs à la portée des backpackers sont des postes de serveur. Manque de chance, les restaurateurs privilégient les personnes ayant de l’expérience, ce qui n’est pas du tout mon cas…
  • Je n’ai toujours pas reçu la confirmation de mon 2nd visa et par conséquent, je ne suis pas autorisé à quitter le territoire. Le service de l’immigration m’a donné un Bridging Visa qui me permet de rester provisoirement sur le territoire Australien jusqu’à ce que j’obtienne leur décision de ma demande de 2nde année faite début septembre (il y a un peu plus de 2 mois). Il m’est donc impossible de réserver des billets d’avion et les fêtes approchant, les prix sont de plus en plus chers…

Il faut donc que je recherche un plan B car bronzer & surfer toute la journée c’est très sympa mais bon ça ne me permet pas de remplir mon compte bancaire. De plus, le petit groupe d’amis que je m’étais fait ici, se réduit progressivement. Charles a déjà quitté Byron Bay pour partir vers Sydney quant aux autres leur départ est imminent :

  • Le travail dans la ferme de myrtilles de Sarah & Benoit va commencer d’ici quelques jours,
  • Camille a trouvé un boulot dans une ferme de cerises du côté de Canberra et va donc partir également.

Je vois qu’il ne reste plus que moi à devoir prendre une décision. Je commence alors à postuler sur Internet pour des boulots de vendeur dans les boutiques de la région. Je ne me fais pas tellement d’illusion sur les retours mais bon si je ne tente rien, c’est sûr qu’il ne se passera rien. Et là miracle, je reçois un coup de téléphone d’un magasin Calvin Klein situé dans un grand centre commercial de la Gold Coast pour un entretien d’embauche le lendemain même. Heureux, je partage cette nouvelle avec les autres et leur propose de passer tous ensemble la journée sur la Gold Coast en prenant nos planches de surf. Le centre commercial se trouvant non loin de la plage, ça sera l’occasion de tester un nouveau spot.

Le matin suivant, nous partons tous les 4 pour la Gold Coast. Mon entretien est prévu pour 10h, sachant qu’il y a 1h de trajet, je décide de partir de Byron Bay vers 9h40 pour être large. A la lecture de cette dernière phrase, je pense que vous devez vous interroger et reprendre l’énoncé de ce problème de mathématique d’un enfant de CP car ma réponse à l’air fausse. Je reformule donc la situation : « Fabien a un entretien d’embauche chez Calvin Klein à 10h du matin à Robina Center, situé à 1h en voiture de Byron Bay. Sachant qu’il souhaite avoir 20 minutes d’avance sur l’horaire prévu, à quelle heure Fabien & ses amis doivent quitter Byron Bay ? » La réponse est… 9h40 !!! J’ai oublié de vous indiquer qu’il y a un décalage horaire d’1h entre Byron Bay et la Gold Coast ce qui explique mon heure de départ tardive de prime abord.

Heureusement que j’ai prévu de partir à l’avance car sur le chemin, nous tombons dans un embouteillage. Du coup, je me présente au magasin à 10h pile pour un entretien d’environ 1h où l’assistante de la manager me pose une vingtaine de questions. Même en France, pour des entretiens concernant des postes de Responsable Marketing, on ne m’en a pas autant posé. Certaines sont d’ailleurs un peu ridicules, posant des problèmes et des situations qui ne doivent pas arriver tous les jours, en tout cas j’espère. Par exemple, j’ai eu droit à : « Vous êtes seul à la caisse et aucun client n’est présent. C’est alors que vous voyez que la file d’attente pour les essayages s’agrandit de plus en plus. Votre collègue a l’air débordé et a vraiment besoin d’aide. A votre gauche, un client renverse une bouteille de coca par terre et le magasin étant plein, il serait bien qu’un employé vienne nettoyer avant que quelqu’un ne glisse et ne se fasse mal. En face de vous, un client très énervé s’en prend violemment à une de vos collègues qui reste tétanisée, ne sachant pas comment réagir. Enfin, vous vous apercevez que le magasin est sens dessus dessous et qu’il serait bien que quelqu’un vienne pour plier les vêtements et les ranger à leur place. Que faites-vous ? » Ma 1ère idée est de préconiser d’employer d’autres personnes car il est évident que le magasin manque de personnel au vu du chaos qui y règne. Bien entendu, j’ai évité de dire ça et ai trouvé une réponse qui satisfasse plus mon interlocutrice. Après ce long entretien, l’assistante de la manager m’informe que l’entretien c’est très bien passé et que sûrement je vais en passer un second avec cette fois-ci la manager. A ce moment, j’ai envie de lui dire : « Hello, c’est juste un boulot de vendeur où je vais passer ma journée à plier des vêtements, je ne postule pas pour être Directeur Marketing d’une entreprise du CAC 40 ! ».

Je rejoins les autres qui se baladent dans le centre commercial en m’attendant. Avant de partir, j’en profite pour distribuer mes CV dans les autres boutiques car on ne sait jamais peut-être que d’autres magasins ont besoin de vendeurs avant que la période de Noël n’arrive. Bonne idée ! Dans un magasin G-Star, le vendeur qui est Français, me conseille d’aller de sa part dans une de leur boutique qui vient d’ouvrir dans un autre centre commercial de la Gold Coast, situé à 10 minutes d’ici. Je demande à mes amis si cela ne les dérange pas et ces derniers acceptent gentiment.

Nous partons à Pacific Fair, le plus grand centre de la Gold Coast situé près de Surfers Paradise. Bien évidemment, je vais d’abord chez G-Star où le manager m’informe qu’il va m’appeler d’ici les prochains jours pour un entretien. C’est plutôt positif ! En repartant vers la voiture, nous passons devant une boutique de bagages et sacs un peu haut de gamme, du nom de Tumi. Ces derniers ont indiqué sur leur vitrine qu’ils cherchent des vendeurs. Ni une ni deux, je rentre et suis accueilli par Rafaella, une jeune fille travaillant depuis quelques mois ici. Lorsque je me présente à elle, la manager, Colleen située en back office, sort et nous discutons alors plusieurs minutes ensemble. Elle a l’air très contente de notre entretien et me promet de me rappeler prochainement.

Le bilan de cette 1ère journée de recherche d’emploi est plutôt prometteur et nous partons sans plus attendre sur la plage de Mermaid Beach où les conditions de surf sont superbes. Décidément, tout va pour le mieux aujourd’hui. En fin de journée, nous repartons sur Byron Bay et en chemin, Colleen me donne un coup de téléphone pour m’expliquer qu’elle voudrait que je travaille dans son magasin à Pacific Fair ! J’accepte bien entendu et elle m’explique qu’il faut que je passe quand même un entretien d’embauche. Il s’agit uniquement d’une formalité car elle a d’ores et déjà décidé que j’avais le poste.

Je n’avais pas du tout prévu ça ! Je suis bien entendu hyper ravi car maintenant, moi aussi, je sais ce que je vais faire pour ces prochains mois : vivre sur la Gold Coast et profiter du soleil, de la plage, du surf tout en ayant un boulot bien payé. Amusé, je ne peux m’empêcher de me remémorer ce que j’avais dit à Mélanie & Hélène lorsque nous avions quitté Surfers Paradise pour Byron : « jamais je ne pourrais vivre ici ! ». Eh bien, comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Moi qui voulais éviter cet endroit, je vais y rester pendant un très long moment et c’est tant mieux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s