Découverte de Byron Bay & 1ère expérience en HelpX

La nuit commençant à tomber, nous décidons de nous arrêter sur une aire d’autoroute à mi-chemin entre Surfers Paradise & Byron Bay. Selon Campermates, il est possible de dormir gratuitement dans sa voiture, sans prendre le risque de recevoir une contravention pour camping sauvage, pouvant s’élever à 300$ par personne ! En arrivant, nous constatons que nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée. Enormément de vans et voitures sont stationnés pour la nuit. Nous trouvons une place pour ma Furiosa et après avoir réorganisé la voiture pour installer le lit, nous passons la soirée à regarder un film. Enfin, les 10 premières minutes car nous nous assoupissons très vite, sans nous en rendre compte.

A peine réveillés, nous prenons un bon petit-déjeuner sur une des tables de l’aire d’autoroute. Avec Mélanie & Hélène, nous discutons du programme de la journée qui encore une fois est bien rempli. Tout d’abord, découverte de Byron Bay, la dernière destination initialement prévue de mon road trip. Puis, en fin de journée, nous partirons chez la famille HelpX qui va nous accueillir durant 2 semaines en échange de quelques heures de travail.

Nous remballons nos affaires et partons pour Byron Bay ! J’en ai rêvé depuis des mois. Tout le monde me parle de cette destination où le surf est roi. Les gens sont très relax, en mode hippie, peace & love d’après ce que l’on m’a dit. Du coup, j’ai vraiment hâte d’arriver pour savoir si je peux me poser quelques mois dans cette ville. Oui, il faut bien que je réfléchisse à la suite car je ne reste que 15 jours au HelpX et mon road trip sur la East Coast prendra fin en même temps. Depuis mon départ de Brisbane, l’idée de rester à Byron Bay jusqu’à la fin de l’année commence à germer. Mon plan est assez simple, trouver un job et surfer tous les jours avant de partir en France pour les fêtes de fin d’année. Enfin pour cela, il faudrait que j’obtienne mon 2ème visa car pour l’instant je n’ai aucune nouvelle de ma demande. Sans confirmation, il m’est interdit de quitter le territoire. C’est donc un peu compliqué pour moi de me projeter dans 2 mois car il reste encore trop de facteurs indéterminés. Ce qui me rassure, c’est que je ne suis pas le seul à réfléchir à la suite. Mélanie & Hélène en font de même. Mélanie est en train d’essayer d’obtenir un boulot de jeune fille au pair dans une famille habitant sur la Gold Coast dont le contrat se terminerait en fin d’année. Quant à Hélène, ça reste encore un peu flou. Elle projette de partir 2 semaines en Nouvelle Zélande puis revenir quelques temps en Australie avant de rentrer en France pour Noël.

Mais ne parlons plus de ça, pour l’instant, vivons l’instant présent ! Nous voilà arrivés à Byron Bay ! Le centre-ville est très petit et ne compte que 2 voire 3 artères principales. Je constate que les backpackers représentent une part importante de la population car dans les rues il y a beaucoup de jeunes parlant des langues étrangères. Effectivement, la vie a l’air d’être assez détendue. Les gens sont en mode baba cool, marchent pieds nus dans la rue en tenant soit une planche de surf, soit une guitare (j’exagère un peu). Le style est assez simple, maillot de bain et débardeur. Les mecs ont les cheveux longs détachés ou attachés sous 2 formes différentes, queue de cheval ou chignon. Quant aux filles, c’est la même chose. Le blond est plutôt majoritaire, je n’en ai jamais vu autant de ma vie ! Ce n’est pas dans le Sud Est de la France qu’on en voit beaucoup…

Par contre, je suis assez étonné de voir autant de flics patrouiller dans la ville. Moi qui pensais qu’on était dans le monde des bisounours, leur présence me fait redescendre sur Terre. Après avoir observé la faune environnante, j’essaie à tout prix de garer ma voiture mais malheureusement toutes les places sont payantes. Je m’éloigne du centre-ville et propose aux filles d’aller voir les plages alentours. Pas de chance, les parkings des plages sont également payants et c’est assez chers, environ 4$ l’heure ! Au vu du nombre de policiers dans les parages, je ne vais pas m’amuser à ne pas payer le parking car c’est le bon moyen pour recevoir une amende. Nous partons de plus en plus loin, jusqu’à arriver à Watego’s beach, une petite plage non loin du célèbre phare de Byron. Ici, il est possible de se garer gratuitement ! Le temps étant très nuageux, on ne peut pas dire qu’il y ait foule sur le sable et dans l’eau. Seulement 2 personnes sont en train de nager et personne sur la plage.

Non loin de là, un petit chemin permet d’accéder au phare à quelques mètres au-dessus de nos têtes. Le temps est idéal pour une randonnée et nous empruntons le sentier qui est assez pentu. Sur le chemin, nous nous arrêtons sur une corniche où il est inscrit que nous sommes au point le plus à l’Est de l’Australie. La montée est de plus en plus raide et je vois Mélanie & Hélène galérer un peu à grimper. Heureusement qu’il ne fait pas 40°C sinon je les aurais perdu…

Nous arrivons enfin au phare et pouvons contempler l’océan, le centre-ville au loin ainsi que les plages alentours. Le paysage est magnifique : des collines boisées et des plages qui s’étendent sur des kilomètres, ça valait le coup de souffrir pendant quelques minutes compte tenu de la vue qui s’offre à nous.

Nous redescendons par l’autre versant et partons visiter une plage appelée The Pass. Tous les surfeurs se sont donnés rendez-vous et s’amassent au seul endroit où les vagues sont convenables car on ne peut pas dire que les conditions d’aujourd’hui soient bonnes.

Nous repartons à Watego’s beach où nous déjeunons rapidement avant d’aller visiter le centre-ville. Après avoir tourné un petit moment, je trouve une impasse servant de parking aux habitants du quartier, un peu excentrée des rues principales. Même si c’est payant, je ne pense pas que les flics iront jusqu’ici pour vérifier que les gens aient bien payé. Les rues de Byron sont principalement composées de restaurants/bars, surf shop, boutiques de souvenir et agences de voyage pour les backpackers. Sur les murs, des tags, ressemblant plus à des peintures, avertissent les gens des méfaits de la pollution sur notre environnement et demandent de respecter l’océan. Nous marchons un petit moment avant d’atterrir sur la Main Beach, plage principale de Byron Bay. Nous posons nos serviettes sur l’herbe et observons l’océan durant une bonne partie de l’après-midi.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et nous devons quitter ce petit paradis pour nous rendre dans la famille HelpX qui habite à 1h environ d’ici. Changement total de décor, nous nous engageons dans la vallée du New South Wales. La nature y est verdoyante. Entre 2 montagnes, des petites villes et des prairies font leur apparition. C’est très sauvage et très esseulé, mon téléphone a même du mal à avoir du réseau… Je sens que l’on va trouver le temps long dans ce HelpX. Heureusement que j’ai la voiture, ça nous permettra de visiter les environs durant toutes nos après-midi de libre ! J’emprunte des routes sinueuses et étroites de montagne où à certains endroits tu pries pour qu’une voiture n’arrive pas en face de toi. A 5 minutes de notre destination, mon GPS me demande de prendre une route de terre qui s’enfonce dans une vallée où l’on ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup d’habitants. Au bout du chemin, nous arrivons enfin à la maison où nous allons vivre durant 2 semaines. Nous sommes accueillis par la mère de famille ainsi que 2 backpackers arrivés ici depuis plus d’une semaine. Nous faisons le tour de la maison et elle nous montre la chambre où nous allons dormir. Mélanie & Hélène dormiront dans une pièce aménagée en chambre et moi je partagerai la mienne avec Vessa, un Finlandais. Quand je vois mon lit, je suis un peu sous le choc car il est très petit et pas très confortable. Mais bon ce n’est que l’histoire de quelques jours, je vais réussir à y survivre. Après les chambres, nous allons dans la salle de bain qui est assez spéciale. De grandes fenêtres sont installées tout autour de la douche, donnant sur la vallée mais aussi la terrasse. Les 2 autres backpackers nous préviennent alors qu’avant d’aller se laver, il est conseillé d’avertir les autres afin qu’ils ne viennent pas sur la terrasse et ainsi éviter des situations gênantes…

La mère de famille nous explique que nous commençons le travail à 8h du matin et que nous avons de la nourriture dans les placards pour nous préparer petit-déjeuner et déjeuner. Par contre, le soir, elle prépare le dîner que nous mangeons avec elle et ses enfants. Son mari est en voyage à l’étranger pendant 2 semaines et nous n’aurons donc pas l’occasion de le rencontrer. Juste après, elle nous quitte pour aller préparer le dîner et nous laisse avec les 2 backpackers qui nous montrent l’endroit où nous allons travailler.

Nous montons à l’arrière d’une vieille remorque et partons dans les champs où de grandes plantes ornementales sont en train de pousser. Je leur demande ce qu’ils font de leur temps libre car n’ayant pas de voiture, ils sont un peu coincés ici et on ne peut pas dire que ce soit très animé… Ils nous montrent alors un petit lac où ils ont pris l’habitude de pêcher toute l’après-midi. Sinon ils fument de la weed pour passer le temps. Pêche & joint, c’est tout à fait mon style… Nous nous regardons avec Mélanie & Hélène et il nous vient alors un fou rire nerveux. Je ne m’attendais pas du tout à ça mais nous le prenons de manière positive. C’est une expérience que nous ne vivrons qu’en Australie, autant connaître une vraie vie de backpacker en dehors des grandes villes.

Durant le dîner, la mère de famille nous explique qu’elle et son mari sont d’anciens backpackers venant respectivement d’Angleterre et d’Irlande. Ils se sont rencontrés en Australie et ont décidé d’y rester. Ils ont alors acheté ce terrain, il y a plus de 10 ans et ont commencé à cultiver des fleurs. Ils vendent leur production sur Byron Bay, la Gold Coast et même Brisbane et participent également à la décoration de mariages. En ce moment, la tâche principale est de couper les rejets et les tiges cassées des plantes afin de laisser pousser librement les fleurs. Ça n’a pas l’air trop sorcier mais à mon avis le boulot risque d’être épuisant et rébarbatif au vu des champs énormes qu’ils possèdent.

Après un bon repas, nous retournons à notre maison et partons nous coucher afin d’être bien réveillé pour une première matinée de travail, qui ne va pas se passer comme je l’avais prévu…

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s