Un départ précipité

Voilà déjà une semaine que Nina est partie et son absence se fait de plus en plus ressentir. Surtout qu’en ce moment, ce n’est pas la joie au boulot. La saison haute est terminée, les fermes vont bientôt finir leur récolte et donc il n’y a plus besoin de produire autant de boîtes en carton. Le temps où je faisais des heures sup est un lointain souvenir…

Mon supervisor m’avait informé que je pourrais rester jusqu’à fin Juin mais je doute fortement de sa sincérité. Nous sommes à peine fin Mai et je n’ai travaillé que 2.5 jours sur une semaine. Le pire c’est que je suis le 1er avec mon amie Anglaise à qui le supervisor demande de rentrer à la maison. Puis lorsque nous sommes à l’usine, nous avons 2 fois plus de boulot que les autres car selon lui nous travaillons vite et bien. Cette situation commence à nous agacer fortement mais nous ne sommes pas en position de force pour dire quoi que ce soit.

Vu le manque de travail, j’essaie de discuter avec l’agence d’emploi pour qu’il puisse me changer d’entreprise et aller travailler à l’abattoir de poulets. Cela ne me réjouis pas du tout, au contraire même, mais je n’ai pas le choix. Cette usine est la seule en pleine activité car la météo et les saisons n’impactent pas l’élevage de poulets. Les employés de l’agence, que je connais bien maintenant, me confirme que dès lors qu’un poste se libère, je serai le 1er prévenu. En parallèle, je discute avec Adrien, qui travaille à l’abattoir, s’il peut me faire rentrer. Après en avoir discuté avec son supervisor, il m’informe que tout nouvel employé doit passer par l’agence. Cependant, il va avoir besoin de quelqu’un dans les prochains jours. Je n’ai juste qu’à y aller de  la part du supervisor d’Adrien pour obtenir le poste, bonne nouvelle !!! Je m’empresse de faire cela et là les employés me disent qu’ils n’ont reçu aucune demande de la part de l’abattoir, étrange… J’apprendrai plus tard que cette agence ne propose jamais un 2nd emploi si l’on perd le 1er. Je trouve ça malhonnête de faire espérer et attendre les gens alors qu’ils n’ont nullement l’intention de t’aider. Bien évidemment, il y avait des postes de libre à l’abattoir qui ont été proposés à d’autres personnes. Une mauvaise nouvelle ne venant pas toute seule, la semaine suivante, mon supervisor m’indique que s’il a besoin de moi, il m’appellerait ce qui signifie en gros : tu es viré !

Je commence alors à paniquer car je ne suis qu’à 39 jours sur les 88 que je dois faire. La moitié du chemin n’est même pas encore fait. En discutant avec certains backpackers, j’arrive à obtenir une liste de numéros de téléphone de toutes les fermes alentours et je m’empresse de les appeler pour savoir s’ils ont une place de libre. Malheureusement, beaucoup de fermiers m’indiquent que :

  • La saison est finie chez eux ou,
  • Tous les postes sont déjà pourvus ou,
  • Il y a une place de libre mais pour 1 semaine à tout casser

J’ai besoin de trouver un endroit où je peux finir mes jours car je n’ai plus le temps de chercher chaque semaine et de perdre 3-4 jours voire plus. Mon visa se termine le 3 septembre et j’ai bien peur de ne pas avoir le temps de finir, d’autant plus que seuls mes jours de travail comptent. Place aux mathématiques, si l’on fait les calculs, il me reste 49 jours à faire. Sachant qu’au maximum je peux travailler 5 jours par semaine, il me faudrait environ 10 semaines pour arriver à mon objectif. Cela m’amène donc à la première semaine d’Août, si je trouve un nouvel emploi d’ici les jours qui suivent.

Je suis tellement dégoûté que j’en arrive au point d’abandonner. Je commence à réfléchir à tout lâcher et faire un road trip sur la East Coast avant de rentrer en France début Septembre. L’expérience Australienne est finie pour moi j’en ai bien peur. Durant cette année, je n’ai pas eu l’occasion de visiter beaucoup d’endroits car je m’étais focalisé sur le travail. Je n’aurais vu que Sydney, Melbourne & Cairns alors que j’aurais voulu aller à Brisbane, Byron Bay, Surfers Paradise, Perth, Adelaïde… Non j’ai passé 6 mois à travailler à Sydney et 2 mois à Mareeba.

J’explique ma défaite, ma déception et ma tristesse à Nina & Fabiola. Nina essaie de me réconforter puis connaissant la pénurie d’emplois à Cairns, elle sait que ce n’est pas dans cette région que je pourrais finir mes jours. Fabiola me demande de m’accrocher, me dit que je ne cherche peut-être pas assez et que si je fais le tour des fermes, je trouverais sûrement un travail. Ce genre de discours m’agace au plus haut point surtout que pour sa part après 2 jours de recherche, elle a abandonné et est repartie dans le New South Wales où son ex-copain lui avait trouvé un boulot.

Après quelques heures de déprime, je n’arrive pas à me résigner à devoir repartir en France au bout d’un an seulement alors que j’avais plein de projets pour ma 2ème année. Dans un dernier espoir, je poste une annonce sur Gumtree (équivalent du Bon Coin) en expliquant ma situation, mes motivations et que je serais prêt à aller n’importe où en Australie pour finir mes 88 jours. Je doute fortement que cela marche mais comme on dit qui ne tente rien n’a rien. Et là, miracle ! 1h après avoir mis mon annonce, je suis contacté par email par Erika qui travaille dans une agence d’emploi et cherche une personne en bonne condition physique pour un travail dans une usine d’algues qui compte pour le 2nd Working Holiday Visa. Je décide de l’appeler pour avoir plus d’informations : où se situe l’usine, quelles sont les tâches à accomplir là-bas… Un peu gênée, elle m’indique que le travail se trouve sur King Island, une petite île située entre Melbourne & la Tasmanie et que cela consiste à faire du « Manual Handling » ce qui veut tout et rien dire. Elle m’explique que si je veux le poste je dois remplir des questionnaires sur le site Internet de l’agence d’emplois, donner mon TFN, coordonnées bancaires, CV… mais aussi passer un examen médical en arrivant sur l’île et un entretien en plus de celui que nous faisons par téléphone. Toute cette procédure me rassure un peu car au début les explications vaseuses sur le boulot me faisaient plutôt penser à une arnaque. Je suis tellement désespéré que j’accepte l’offre !

Le lendemain, je prépare tout pour mon départ en fin de semaine. Et oui je ne peux pas tergiverser, le temps est un luxe que je ne peux pas me permettre désormais. Je demande à l’agence de Mareeba de me remplir le papier pour les 88 jours en indiquant que chez eux j’en ai fait 39. Je réserve mon billet d’avion. Mon voyage se fera en 2 étapes : Cairns/Melbourne puis Melbourne/King Island.

Carte Australie

Le plus compliqué est de savoir ce que je vais faire de ma voiture ?

Je ne peux pas la laisser à l’abandon pendant 3 mois car elle est à mon nom donc si la police l’embarque j’aurais de sérieux ennuis. Je réfléchis et une idée me vient à l’esprit : demander à Lise & Sophia si elles peuvent s’en occuper pour 3 mois. Elles ont déménagées à Palm Cove et habitent dans un appartement avec 1 place de parking ! Je les appelle, leur explique mon problème et elles acceptent. J’en profite pour leur demander si je peux dormir la nuit avant mon vol chez elle car elles habitent à 20 minutes de l’aéroport ce qui serait assez pratique, mon avion décollant à 7h du matin. Aucun problème pour elle.

Dernier point à régler, mes habits. J’ai laissé toutes mes affaires d’hiver sur Sydney chez une amie et ma valise est uniquement composée de shorts, t-shirts et débardeurs… Dans le Sud de l’Australie nous sommes en plein hiver avec des températures avoisinant les 5 degrés voire moins… Pas le choix, je pars au Target (style Kiabi) pour prendre des pantalons, pulls et aussi une veste. Pendant mes achats, les gens dans le magasin me regardent d’un drôle d’air. Effectivement, c’est étrange de voir quelqu’un acheter des vêtements chauds alors qu’il fait 30 degrés à l’extérieur.

Et bien me voilà prêt pour King Island ! Il ne me reste plus qu’à attendre la fin de semaine et embarquer pour de nouvelles aventures. Je ne suis pas tellement ravi de partir mais je n’ai pas le choix. Ce contretemps change mes plans que j’avais prévus initialement : finir ma 1ère année, voyager 3 mois en Asie, rentrer en France pour Noël et le Nouvel An et enfin demander ma 2nde année début 2017. Le travail sur King Island étant de 3 mois, je vais devoir y rester jusqu’à fin Août. Ce sera alors trop short pour vendre ma voiture et préparer mon voyage en Asie. Il faudra donc que je demande ma 2nde année, directement après celle-ci. L’Asie se sera pour plus tard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s