Dinner Falls

Le boulot à l’usine devient enfin « plus agréable » ! Après avoir eu plusieurs collègues de travail calamiteux, ne levant pas le petit doigt pour m’aider, le supervisor a choisi de me faire travailler avec une backpacker, Chloe ! Cette Anglaise est arrivée en Australie au début de l’année 2016. Comme la majorité des voyageurs, elle avait décidé de passer ses 1ers mois à Sydney avant de prendre la route pour trouver un travail éligible pour une 2nde année de Working Holiday. Arrivée par hasard à Mareeba, elle a réussi à obtenir ce travail en 2 jours et pense y rester quelques mois avant de partir pour Darwin où elle voudrait trouver un travail dans les mines. C’est un vrai plaisir de travailler avec elle ! Nous sommes un vrai binôme et je me sens beaucoup moins fatigué à la fin de journée. J’espère juste que le supervisor ne changera pas d’avis, je n’ai pas envie d’avoir un autre partenaire. D’autant plus qu’il reste encore d’autres Australiens qui ne font pas grand-chose de leur journée mais ne sont pas du tout inquiétés du fait qu’ils soient des amis ou de la famille du supervisor.

N’y pensons plus, un autre week-end arrive, il est donc temps de s’organiser :

  • Cette fois-ci, quelle sera la composition du groupe ? Nina part pour le week-end à Cairns, voire une amie qui s’y est installée pour plusieurs semaines, le temps d’épargner un peu d’argent et continuer son voyage. Chiaki n’est pas là non plus. Par contre, les leaders du groupe (blague bien entendu) sont présents à savoir Adrien, Guillaume et moi. Ayant suffisamment de place dans la voiture, je décide également de proposer à Camille, une française rencontrée au camping de se joindre à nous, ce qu’elle accepte.
  • Quel est le programme ? Depuis plusieurs jours, nous avons une grosse envie de manger des crêpes mais personne ne s’était proposé d’en faire. Ce n’est pas compliqué, c’est juste que cela prend du temps et nous n’avons pas envie de passer une demi-journée dans la cuisine commune alors que nous avons un grand soleil. Cependant, Adrien se propose d’en faire ce week-end. Me sentant un peu coupable de le laisser seul avec cette tâche ingrate, je me dévoue pour être son commis de cuisine. Une fois les crêpes terminées, nous partirons à Dinner Falls, des cascades qui ont l’air très sympa sur les photos que j’ai pu voir sur Internet.

En début de matinée, je pars avec Adrien au Coles (équivalent d’Auchan ou Carrefour en France) pour acheter tous les ingrédients nécessaires à la réalisation des crêpes : farine, œufs, sucre, lait mais aussi Nutella, confiture… Tout ceci en notre possession, nous repartons au camping pour faire la pâte. C’est à ce moment-là que les ennuis commencent.

Tout d’abord, nous avons oublié que nous n’avons pas un seul grand récipient où préparer la pâte à crêpe, ce qui risque d’être un peu compliqué pour la suite des événements. Plan B, nous prenons le grand Tupperware que possède Adrien ce qui n’est pas super pratique pour mélanger les ingrédients. Le Tupperware est rectangulaire, plus large que profond et le fond n’est pas lisse. Malgré cet inconvénient, nous arrivons quand même à faire la pâte. Nous savons qu’il faut la faire reposer un peu mais nous voulons en apporter pour notre excursion de l’après-midi. De plus, ce soir, la cuisine commune va être bondée de campeurs. Autant profiter du calme de la matinée pour faire nos crêpes.

Un autre problème survient, nos poêles ne sont pas du tout faites pour les crêpes. Premièrement, elles ne sont pas plates et deuxièmement, elles sont très usées, rayées ce qui fait que la pâte accroche et se déchire. Comment faire ? Par chance, quelqu’un a laissé dans la cuisine sa poêle toute neuve et nous en profitons pour l’utiliser.

Maintenant, reste à savoir qui va se mettre derrière les fourneaux ? Nous décidons de faire chacun une crêpe pour juger de qui de nous 2 aura la capacité de faire toutes les autres. Adrien commence et la sienne est magnifiquement bien exécutée. La mienne n’est pas ratée mais il n’y a pas photo c’est Adrien qui remporte la partie. Je n’ai jamais été aussi heureux de perdre ! Mais en bon camarade, je décide de rester à ses côtés pour le soutenir et discuter, ça sera quand même plus agréable. 2h plus tard, toute la pâte a enfin été utilisée ! Il est temps de préparer nos affaires et de partir pour Dinner Falls, sans les crêpes… Oui, les cuisiner nous a un peu dégoûté d’en manger les heures suivantes. Cette après-midi, je ne veux ni les voir ni les sentir !

La partie agréable de la journée va donc commencer. Il nous faut bien 1h30 pour arriver à Dinner Falls. Outre les cascades, j’ai pu lire sur Internet que nous pouvons marcher jusqu’au cratère d’un volcan éteint et aussi voir des cassowaries, que je rêve d’approcher mais de loin. Pour ceux qui ne connaissent pas, le cassowary est un grand oiseau Australien, un mélange d’autruche, d’ému et de dinosaure. Il paraît que cet animal est très violent et peut attaquer l’homme assez facilement, si l’on s’approche de son espace de confort. Comme dirait Patrick Swayze dans Dirty Dancing : « ça c’est mon espace de danse et ça c’est ton espace de danse. Tu n’envahis pas mon espace, je n’envahis pas ton espace ». Du coup, s’il se sent en danger, il te charge, fait un bond en mettant ses pattes en avant pour exploser ton thorax ou pire viser ta gorge. Ah oui et ses griffes sont aussi aiguisées que des lames de rasoir donc tu risques d’avoir la gorge tranchée… Malgré cela, j’ai vraiment envie d’en voir un !!!

Nous descendons de la voiture et empruntons un petit chemin qui descend en pente douce pour arriver aux cascades. Le 1er niveau est malheureusement déjà occupé par un groupe, nous préférons descendre un peu plus pour avoir notre propre cascade.

20160403_162046_resized

Par ailleurs, la principale et la plus belle se trouve juste au 2ème étage. Nous y arrivons et par chance nous sommes seuls ! Il est temps d’en profiter avant d’être dérangé. Tous en maillot, direction la chute d’eau mais attention les rochers recouverts par de la vase, sont très glissants !!! N’ayant pas envie de tomber comme à Emerald Creek, je redouble d’effort pour garder mon équilibre. J’ai l’impression d’être un bébé essayant tant bien que mal de réaliser ses 1ers pas. La tâche est encore plus ardue car l’eau est… glacée. De plus, les arbres alentours  cachent le soleil, pas la peine d’espérer être un peu réchauffé par la chaleur de ses rayons 😦

20160403_151917_resized

20160403_151923_resized

20160403_152030_resized

Mais arrêtons de nous plaindre, nous sommes dans un endroit magnifique autant en profiter ! Après bien 10 minutes d’hésitation, Camille, Guillaume et moi sommes rentrés dans l’eau. Quant à Adrien, il a préféré y rentrer franco et se baigne depuis un certain temps avant que nous ayons pu le rejoindre. Comme à Emerald, les batailles d’eau commencent et après quelques chahuts, nous arrivons à la chute. Après avoir essayé de grimper sur les rochers pour pouvoir sauter dans l’eau, je me dois d’y renoncer. L’escalade est impossible car la roche est trop glissante puis le fond de l’eau n’est pas assez profond et je risque de me casser les 2 jambes. L’idée est donc abandonnée.

Après une bonne heure, nous voilà dérangé par un groupe de touristes et nous préférons nous en aller. Nous décidons d’aller jusqu’au cratère du volcan qui est à 5 minutes de marche. Nous arrivons sur une esplanade qui surmonte le cratère et admirons le spectacle. C’est impressionnant ! Le gouffre est immense et profond, mieux vaut éviter d’y sauter. D’ailleurs, un panneau informe les gens de faire bien attention à ne pas trop s’approcher du bord pour ne pas tomber et bien sûr mourir… Outre ce petit point de vigilance, il est aussi expliqué la manière dont le diatrème de Dinner Falls s’est formé des millions d’année de cela.

20160403_162714_resized

20160403_162233_resized

20160403_162524_resized

J’en profite pour vous faire un point SVT (Science & Vie de la Terre) :

  • Qu’est-ce qu’un diatrème ? Très simple, il s’agit d’une cheminée volcanique, emplie de brèches dues à des explosions de gaz. Le gaz s’étant formé par le contact d’eaux phréatiques et de laves ascendantes. Paraît-il également que les diatrèmes sont pour certains d’entre eux des gisements de diamants. Bon je me la joue un peu mais pour être honnête j’ai regardé ça sur Internet…

20160403_162301_resized

Après cet aparté culture, nous quittons le diatrème un peu moins bêtes et revenons à la 1ère cascade où les gens sont depuis partis. En fin d’après-midi, nous revenons à la voiture pour rentrer au camping sans avoir pu voir un cassowary 😦 Ce n’est pas grave, j’en verrais sûrement un lors d’une autre excursion.

Au camping, nous retrouvons Nina ainsi que Chiaki et leur proposons de venir manger des crêpes dans la cuisine. Agréablement surprises, elles acceptent volontiers l’invitation et nous passons la soirée à déguster nos crêpes qui sont très bien réussies. Chiaki ne connaissant pas ce plat typiquement français et toute heureuse d’y goûter. Elle ne souhaite qu’une chose, renouveler l’expérience. Euhhh on verra ça plus tard, à l’heure actuelle, je n’ai pas envie de repartir en cuisine pour faire une nouvelle fournée et Adrien encore moins.

20160403_200225_resized

20160403_200824_resized

20160403_200953_resized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s