Trouver un job en ferme

Le lendemain de notre arrivée à Mareeba est plutôt dure. Nous avons très mal dormi car il n’y avait pas assez de place pour 3 personnes à l’arrière de ma Holden Commodore Wagon. Heureusement que personne ne ronfle trop fort, je pense que la nuit aurait été encore pire ! De plus, le sommeil a été de courte durée car nous devons nous lever vers 5h du matin pour aller à la recherche d’un boulot en ferme !

Pourquoi si tôt me direz-vous ?

Le travail en ferme commence souvent aux alentours de 6h / 7h du matin. Il faut donc arriver un peu avant car si le fermier a besoin de main d’œuvre, il choisira des candidats parmi ceux présents devant sa porte à l’heure où les gens sont censés commencer leur journée. Trouver un job en ferme se fait généralement de cette manière, tu es là au bon endroit et au bon moment. Le facteur chance y joue pour beaucoup et malheureusement de la chance nous n’en aurons pas énormément ces prochains jours…

J1 – La galère commence

La veille, les backpackers du camping nous ont conseillé de tenter notre chance chez Howe Farm. Il s’agit de la plus grande ferme de la région, ouverte toute l’année, qui s’étend sur plusieurs villes aux alentours de Mareeba. Ces derniers produisent des bananes, avocats, papayes… Tout le monde nous dit la même chose au sujet de cette ferme : si tu rentres chez Howe Farm, tu fais tous tes 88 jours de ferme chez eux et en plus tu es bien payé => Le rêve pour un backpacker ! Mais y rentrer n’est pas chose aisée car la majorité des backpackers de la région veulent bosser là-bas, la concurrence est rude !

Le recrutement est fait par une Australienne, Kim, qui travaille depuis des années dans les bureaux de Howe Farm. Pour avoir le maximum de chance d’être pris, les backpackers du camping nous suggèrent de suivre les conseils suivants :

  • La veille vers 17h, tu envoies un sms à Kim de ce style : « Salut Kim ! Je viens d’arriver à Mareeba et je cherche un job en ferme. Je m’appelle Fabien, j’ai 28 ans et je suis français. Je suis quelqu’un de très motivé, très bon travailleur, je n’ai pas peur des tâches difficiles, je suis sportif et en bonne forme ! Le profil parfait pour un travail en ferme. Je serai devant How Farm demain matin à t’attendre pour savoir s’il y a un poste de libre. Afin que tu ne perdes pas de temps à me chercher demain, tu trouveras dans ce sms ma photo. Cheers ».

Tu lui sors ce baratin avec un petit trait d’humour, tu la fais passer pour une déesse, celle qui a le pouvoir et tu augmentes tes chances de rentrer chez Howe Farm. Sur la photo que tu envoies, tu souris, tu montres tes muscles, tu t’habilles comme si tu étais déjà prêt à commencer le travail. Ah oui, très certainement, tu n’auras aucune réponse de sa part mais le lendemain matin, tu te pointes quand même à l’entrée principale de la ferme.

  • Le lendemain matin à 5h45, tu es devant Howe Farm et tu attends Kim qui va arriver en voiture. A l’entrée, elle va s’arrêter, sortir de la voiture et 2 solutions :
  • Elle n’a besoin de personne et elle dira au loin, à la foule de backpackers attendant un geste de sa part, « No job »
  • Elle s’avancera vers les backpackers et sélectionnera ceux qui commenceront à travailler dès maintenant chez Howe Farm pour une durée indéterminée.
  • Si tu n’es pas pris le 1er matin, tu suis le même process du Dimanche soir au Mercredi matin. Le reste de la semaine, il n’y a plus de recrutement donc pas la peine de polluer le téléphone de Kim qui risque d’être très énervée par ton harcèlement…

Sur ces bonnes paroles, nous décidons donc de suivre tout le process sans se poser de questions. Mais voilà, sur le chemin de Howe Farm, la voiture tombe en panne… Sur une route perdue, au milieu de champs laissés en jachère et dans la brume matinale, nous sommes tous les 3 à chercher d’où peut bien provenir la panne sans aucune notion de mécanique. Peut-être qu’il n’y a plus d’essence, la batterie est-elle morte, s’agit-il d’un problème électrique… Trop de possibilités et la seule chose qui nous vient à l’esprit, c’est d’essayer d’arrêter une voiture afin qu’une personne puisse nous venir en aide. Au bout de 30 minutes, un homme s’arrête, regarde la voiture et nous conseille d’aller voir un mécanicien de Mareeba, expert dans les problèmes de batterie, source de la panne selon lui. Il propose de nous remorquer mais j’essaie une dernière fois de faire démarrer la voiture et miracle Furiosa fonctionne de nouveau. Notre nouvel ami nous propose quand même de nous accompagner jusqu’au mécanicien car la voiture risque à nouveau de s’arrêter.

Du coup, pas de Howe Farm pour aujourd’hui. Nous arrivons sans encombre au garage où la voiture a décidé de tomber en panne de nouveau. Le mécanicien arrive et je commence à lui parler lorsqu’il me fait de grands signes pour m’indiquer d’arrêter. Il part à la réception et revient avec une petite ardoise où il m’écrit qu’il est sourd et muet. Il faut donc lui parler doucement en le regardant dans les yeux pour qu’il comprenne bien nos paroles. Après lui avoir expliqué notre problème, il regarde la batterie qui est nickel. La panne vient d’autre part et il nous conseille d’aller voir le garagiste juste à côté qui s’y connait mieux dans les problèmes électriques & de moteur.

Arrivés à l’autre garagiste, ce dernier nous informe qu’il s’agit peut-être d’un problème électrique mais qu’il n’est pas sûr. Malheureusement, l’électricien de son garage est en week-end et ne revient que dans 2 jours. Donc il faut patienter jusque-là et éviter de prendre la voiture samedi et dimanche… Nous repartons donc au camping avec une voiture qui fonctionne plutôt bien comparée aux dernières heures. Ce qui nous pousse à faire une erreur monumentale : tenter d’aller dans les fermes pour demander du travail. Bien sûr, nous tombons en panne en pleine voie rapide, sous un soleil de plomb et cette fois-ci la voiture ne veut plus du tout redémarrer. Pas le choix, nous appelons un dépanneur qui vient nous récupérer pour nous ramener au garagiste où nous laissons la voiture et décidons de rentrer au camping à pieds. Cette petite aventure nous aura coûté environ 100$, sans compter la réparation qui pourrait atteindre les 400$, voire plus !

En début d’après-midi, nous arrivons enfin au Riverside Campervan, où nous nous asseyons en face de la rivière qui longe le camping pour se poser et souffler un peu devant un paysage paisible.

20160319_173722_resized

Nous sommes bloqués jusqu’à Lundi au camping sans pouvoir faire quoi que ce soit et j’avoue que je baisse les bras. J’ai envie de tout laisser tomber et de rentrer en France ! Nous sommes dans une ville perdue dans le Queensland, dans un camping qui ressemble plus à un camp de réfugiés, sans travail, sans voiture, sous une chaleur tropicale des plus intenses !

Heureusement, Nina est présente pour me remonter le moral, Fabiola également même si je sens que cette dernière ne croit pas du tout en ce qu’elle dit. De plus, son copain Jeff n’arrête pas de l’appeler pour lui demander de revenir dans le New South Wales, ce qui ne l’aide pas du tout à rester motiver.

J2 & J3 – Un week-end d’ennui et de surprise

A la fin d’un week-end déprimant, où nous n’avons pas bougé du camping (sans voiture ça devient vite compliqué à Mareeba), Fabiola nous annonce que Jeff lui a trouvé un travail dans une ferme à 7h de Sydney. Elle voudrait y aller, seulement si Nina et moi sommes d’accord. Nous acceptons même si intérieurement, je souhaiterais qu’elle reste avec nous : à la base, nous devions faire cette expérience tous ensemble, partager les bons moments comme les galères que nous sommes en train de traverser. Du coup, juste après lui avoir donné notre bénédiction, Fabiola prépare son départ, achète ses billets de train et d’avion pour partir le Lundi matin sur Sydney. Je suis désormais le seul en charge de la voiture que je peux utiliser comme bon me semble, aussi longtemps que je le souhaite. Enfin, dès lors qu’elle marchera car pour le moment, la voiture est plus un poids qu’une aide.

Ce début d’aventure commence assez mal ! Nous perdons un membre de l’équipe et devons régler 2 problèmes à la fois : la voiture & le travail. La semaine prochaine risque d’être encore difficile mais je garde à l’esprit ce que me répète plusieurs fois Nina : « Rien n’arrive par hasard, si ça se passe comme ça, c’est pour une bonne raison que nous connaîtrons par la suite. Il faut juste garder le moral, faire de son mieux, être patient et chaque problème trouvera une solution ». J’espère qu’elle a raison !

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ferrie dit :

    Tu es le vrai globe trotter fais bien attention à toi de gros gros bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s