La nuit à Bondi

Après une journée de travail exténuante, me voilà enfin chez moi ! J’en profite donc pour rédiger un nouvel article sur les derniers jours (ou plutôt soirs) passés à Bondi Beach.

J’aime ma nouvelle expérience professionnelle mais il faut avouer qu’avec la période de Noël, le boulot de vendeur n’est pas de tout repos. Le flux de clients ne cessent de s’intensifier et l’attitude de certains est parfois anxiogène, agaçante mais aussi amusante ou les 3 à la fois :

Exemple typique, le père de famille stressé, qui cherche désespérément un cadeau pour sa femme sans connaître ses goûts, le type de sac qu’elle porte habituellement et se dirigeant dans la partie sacs/bagages Homme, croyant qu’une sacoche en bandoulière couleur camouflage serait parfait comme présent (je vois bien la tête de sa femme lorsqu’elle ouvrirait son cadeau). Il faut alors le ramener dans la bonne direction, en lui proposant des valeurs sures et lui démontrant par A+B qu’un sac Alexa ou Bayswater serait plus adapté…

Tout ceci pompant de l’énergie, mon corps et mon esprit ont besoin de se détendre en fin de journée pour pouvoir recommencer le lendemain de plus belle.

Pour se détendre, rien de tel que d’aller à Bondi Beach : l’océan, les vagues, l’esprit surf et détente, les bars… Tout ce qu’il faut pour passer de bons moments. Y aller seul c’est déjà pas mal mais à plusieurs c’est encore mieux ! J’embarque donc avec moi des amis qui, eux aussi, ont besoin de prendre l’air.

1er soir à Bondi Beach : on « chill » (Expression OZ pour dire se relaxer) dans un bar avec Fabiolà, ma grande pote Italienne et Eliza, une amie Germano/Suédoise. Le bar se situe juste en face de l’océan et l’ambiance est sympa, décontracte. Assez bondé à l’intérieur mais on ne se sent pas oppresser : l’espace est plutôt grand avec des baies vitrées ouvertes, permettant d’avoir un peu d’air frais aux senteurs marines. On arrive facilement à circuler mais pour trouver une place assise pour 3 personnes, c’est une autre histoire. Après 5 minutes de recherche, nous trouvons une table haute avec 3 chaises, située à équidistance entre le comptoir du bar et l’estrade où des musiciens sont en train de jouer une musique assez lounge, jazzy. Fabiolà se dirige au bar afin d’avoir la carte. Ce soir j’ai bien envie de boire un cocktail (Mojito) mais avant de commander j’aimerais connaître les prix. Et j’ai bien fait d’attendre… 20$ pour un Mojito basique (soit 14€) c’est un peu trop cher pour mon budget qui n’est plus le même par rapport à ma vie sur Paris. Je décide alors de ne rien commander. Eliza en fait de même et Fabiolà prend juste une bière Corona. La suite de la soirée se passe merveilleusement bien : rire et même fou rire, on se raconte notre journée ainsi que des débilités, des blagues nulles, chose banale lorsque l’on est entre amis. Seule ombre au tableau, Eliza nous fait part de son envie de rentrer en Suède. Le mal du pays commence à être de plus en plus présent, l’absence de sa famille devient pesante (surtout lorsque l’on approche de Noël) et le fait de ne pas avoir de travail donc pas de rentrée d’argent, influence pas mal ses choix. Fabiolà et moi même lui expliquons qu’une occasion pareille ne se renouvellera pas une nouvelle fois et qu’avant de prendre une décision finale, elle devrait réfléchir à tête reposée et en discuter avec sa famille en Suède via Skype.

2015-12-01 23.18.32

On ne va pas s’éterniser sur ce sujet. L’objectif de cette soirée est de se détendre et vider son esprit, pas la peine de rajouter des doutes, du stress pour le moment. Après un peu plus d’1h passée dans ce bar, Fabiolà et Eliza commencent à avoir faim. Mais à minuit, tous les restaurants sont fermés, exceptés 2 : McDonald’s et Hungry Jack’s (si l’on peut appeler ça des restaurants). Direction McDo où les 2 filles se prennent hamburger et/ou frites. Pour ma part, je ne prends rien de tout ça. Je vois mon Personal Trainer demain à la salle de sport et je n’ai pas envie de me faire engueuler à propos de mon régime alimentaire…

Après avoir dégusté ces mets raffinés, nous rentrons chez nous. Enfin presque… Fabiolà dort chez moi car elle n’a pas la force de rentrer chez elle dans le CBD de Sydney…

2ème soirée à Bondi Beach : je suis invité par Fabiolà à un barbecue sur la plage, organisé par une de ses amies italiennes. J’accepte volontiers car il s’agit de mon premier barbecue à l’Australienne ! Après mon travail, je passe par la case appartement pour me changer et pars direct à la plage Nord de Bondi Beach à pieds. 30 minutes plus tard, je retrouve Fabiolà avec des personnes que je ne connais pas du tout, exceptés Eliza & Kaylie, une amie Canadienne que j’ai rencontré également au Blue Parrot. On se salue par un hug et me voilà embarqué dans les discussions avec les autres. Le 1er jeu est de savoir la nationalité de chacun. Venant d’arrivé, les gens n’ont pas eu l’occasion d’entendre mon accent français donc la suite est très drôle. Bien entendu, Fabiolà, Eliza et Kaylie ne participent pas et laissent les autres deviner. J’ai droit à tout sauf la France : Espagne, Mexique, Brésil, Argentine, Italie… Mais bon ça ne m’étonne pas, tout le monde de prime abord pense que je suis d’origine hispanique ou latino. Quand je commence à parler, bien entendu une personne a deviné que je suis Français !

Par la suite, des gens commencent à s’ameuter à un barbecue. En Australie, sur les principales plages, les barbecues sont mis à la disposition des gens. C’est assez cool de voir ça. Les cuisiniers se désignent d’eux mêmes : 2 Italiens et 1 Grecque. Je décide de rester avec eux pour pouvoir en profiter le 1er, Fabiolà, Eliza & Kaylie en font de même. Les cuistots font ça dans les règles de l’art, pain grillé sur le BBQ, beef ou saucisse avec du fromage dessus, ketchup pour ceux qui en veulent… Délicieux !!! Etant servi le 1er, je propose à mes amies de goûter mon burger, en oubliant qu’Eliza est végétarienne… Elle me le rappelle encore une fois car je lui propose tout le temps de goûter de la viande…

20151208_205023 20151208_205040  20151208_205553

2015-12-08 20.57.39

2015-12-08 20.57.08

2015-12-08 21.38.43

Après mon 3ème burger, me voilà repu et je vais m’asseoir avec les autres sur un banc à discuter des projets de chacun en Australie car la plupart d’entre nous sommes en Working Holidays Visa. Le temps défile à toute vitesse et vers minuit, je décide de rentrer chez moi.

3ème soirée à Bondi Beach : cette journée là, je voulais profiter de la plage mais je n’en ai pas eu l’occasion. Mon planning était trop chargé pour pouvoir poser ma serviette sur le sable chaud. Et cela dès 8h du matin, où j’ai RDV avec mon Personal Trainer à la salle de sport pour une session d’1h20. Avant de commencer à travailler, il me demande comment se passe mon régime alimentaire et je lui avoue que j’ai encore craqué et ai mangé des gâteaux… Du coup, il me fait transpirer 2 fois plus que d’habitude. Cela m’apprendra à dire la vérité !

Après mon entraînement, direction mon appart où m’attendent ménage & lessive… Tout ceci terminé, me voilà parti au CBD où je dois voir ma conseillère RH qui me suit dans mon parcours professionnel en Australie. Puis je retourne à mon appartement, en passant par la poste, où je récupère le colis que m’a envoyé ma mère ! Arrivé chez moi, je me presse d’ouvrir le paquet et là c’est le paradis :

  • Foie gras
  • 3 boîtes de Cassoulet
  • 3 paquets de Schoko-bons
  • 2 paquets de roulés à la canelle Gifflar
  • Ainsi que des vêtements, médicaments…

2015-12-09 11.52.21

Voilà, je peux me reposer ! Mais il est déjà 18h et je décide de profiter des derniers rayons du soleil à la plage. J’embarque avec moi, mon pote Mathieu qui a besoin de prendre l’air et décompressé après des recherches intensives pour trouver un boulot.

Enfin sur la plage, les pieds dans le sable !! A chaque fois, que je regarde l’océan, je ressens toujours la même chose. Un sentiment de plénitude, le stress s’envole comme par magie, mon cerveau se met sur off et je profite de la beauté du paysage avec le coucher du soleil en prime, un peu voilé par les nuages. A l’eau, de nombreux surfeurs tentent de prendre une vague. Certains y parviennent tandis que d’autres perdent l’équilibre, se font emporter par la vague et pendant quelques secondes on ne voit plus qu’une planche de surf qui flotte toute seule.

2015-12-09 19.17.44

Par contre, je sens une goutte d’eau tombée sur ma tête, puis une autre et encore une de plus… Je comprends qu’une averse se prépare et nous prenons rapidement nos affaires pour nous mettre à l’abri de l’autre côté de l’avenue qui sépare la plage aux boutiques du front de mer.

En attendant que l’averse s’arrête, je reçois un sms de Fabiolà qui arrive à Bondi Beach dans environ une quinzaine de minutes. Une bonne soirée de déconnade s’annonce ! La pluie s’est arrêtée et nous décidons de l’attendre à l’arrêt de bus situé en face de la plage. En chemin, nous passons devant Bondi Ink, l’un des plus célèbres salons de tatouage sur Sydney du fait d’une émission TV où l’on peut suivre la vie quotidienne des tatoueurs dans leur salon. En voyant à travers la vitrine les gens se faire tatouer, j’ai comme une envie d’en faire de même. En Australie, le tatouage est très courant et de temps en temps je me sens nu lorsque je compare mon corps avec ceux des autres sur la plage. Mais bon, cette décision ne se prend pas à la légère et je décide d’attendre encore avant de me lancer (enfin j’y réfléchis depuis que j’ai 18 ans, un jour il faudra faire un choix…).

2015-12-09 19.54.30

Quelques minutes plus tard, voilà Fabiolà descendre du bus et comme d’habitude, son entrée est fracassante. Embrassade chaleureuse, sourire & crie de joie. A peine arrivée, elle nous embarque devant la plage où nous prenons des photos de cette fin de journée avec un ciel gris/orangé à la fois étrange, fascinant et menaçant. Je pense qu’un nouvel orage se prépare mais bon il est temps d’aller manger.

2015-12-09 20.03.21

2015-12-09 20.02.22

Je propose à mes amis de nous diriger dans le nouveau « fast food premium » qui s’est ouvert en front de mer, Chip Shop. Au menu, burger/frites, fish & chips, poulet fris… que des aliments sains que mon Personal Trainer me recommanderais bien entendu… Seuls Fabiolà & moi prenons un burger, des frites et un coca light tandis que Mathieu reste sage et décide de ne rien commander. Nous prenons notre repas à emporter car nous souhaitons manger sur la plage mais à peine sortis, un violent orage fait son apparition. Nous nous abritons sous des parasols et mangeons en évitant de nous faire arroser.

Le spectacle est magnifique : des trombes d’eau, le tonnerre et les éclairs qui illuminent le ciel. C’est tellement beau que j’en profite pour filmer tout ça !

La pluie ne s’arrêtant pas, nous décidons de rentrer chez nous et aller nous coucher pour préparer une nouvelle journée de travail.

Dans mon lit, je me rends compte du bonheur que c’est d’être à Sydney et plus particulièrement de vivre à Bondi. J’adore l’ambiance relaxe, zen, plage, surf & tatouages. Personne ne se prend la tête, tu t’habilles comme tu en as envie, du temps que tu es bien c’est l’essentiel. J’ai totalement adopté ce mode de vie, désormais je me balade pieds nu à Bondi en short, débardeur, lunettes de soleil et serviette de plage. Cette façon d’être fait sourire mes amis qui me disent que je fais plus Australien que les Australiens eux mêmes. Et je me pose alors cette question : est-ce que les clichés ne sont pas véhiculés par les étrangers ? Peut-être que l’Américain qui arrive en France va porter un béret et se balader avec une baguette de pain à la main et les touristes voyant ça vont se dire « Ah ben voilà, le cliché du Français est bien vrai ! ». A Sydney, les touristes me voyant me promener à Bondi vont se dire « Voilà un Australien typique ! ». Sur cette réflexion, je vous laisse mes amis et pars me coucher.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. vivalaViv dit :

    I don’t know where you get your energy from Fabien? You work full time; you surf; you go to gym and you go out and enjoy Bondi night life so often…
    We all know that you love Bondi.., I’m sure that Bondi loves you too!! 😉

    Vivienne X

    J'aime

    1. fabienchan13 dit :

      Me neither I don’t know hahaha Yes Bondi adopted me!

      Aimé par 1 personne

  2. Mireille ferrie dit :

    Tu as vraiment de la chance de vivre tout ça tu nous manques bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s