La vie nocturne de Sydney

Ce n’est qu’un premier article sur ce sujet car je pense qu’il y en aura bien d’autres concernant mes sorties sur Sydney.

Après une visite sympa de l’aquarium, il est temps de passer aux choses plus sérieuses et tester Sydney by night. Cette ville offre une multitude de bars, boîtes, restaurants et que sais-je encore… Je décide de commencer par une sortie plutôt light dans un pub Australien, le O’Malley’s, à 10 minutes à pieds de l’auberge avec Liselot (Hollande), TJ (Inde) et une Française à peine débarquée qui ne parle pas un mot d’anglais.

A l’entrée, les vigiles (oui il y a la sécurité devant les bars) nous demande notre passeport qu’ils scannent dans un appareil permettant de savoir si tu es une persona non grata. Et oui mes amis, si vous mettez le bordel, êtes ivre mort ou vous battez dans un bar, le patron vous bannira certainement car la machine mémorisera votre passeport. Pour ceux également qui se procure un faux passeport, la machine le détectera certainement et vous ne pourrez pas entrer non plus.

Compte tenu qu’il s’agit pour ma part de ma première visite, je rentre sans aucun problème et il en est de même pour mes amis qui jusqu’à maintenant sont restés sages aux O’Malley’s. Pas loin de la porte d’entrée, je vois une scène où un chanteur reprend des chansons rock plus ou moins connues et pour certaines revisitées par notre artiste (Oasis, Nirvana…). En face de lui, des gens dansent et chantent avec lui dans une ambiance très friendly. Les anglo-saxons sont cool et détendus, ils ne se prennent pas la tête à savoir s’ils vont être ridicules ou non. Cette ambiance change de celle de France où à certains endroits il faut à tout prix éviter des danses « étranges » pour ne pas déclencher les moqueries des personnes à côté de toi.

Avant de danser, nous allons d’abord prendre un verre au bar. Une multitude de bière s’offre à moi et malheureusement je n’aime pas trop ça… Pour ne pas me sentir exclu du groupe, je me sens obligé de prendre un verre mais à 12$, je veux choisir quelque chose qui me plaise quand même. A côté de moi, je vois des filles qui ont à la main un verre de Monaco, me semble-t-il. C’est certain, ça ne doit pas s’appeler Monaco ici. Je demande donc au barman de me servir la même chose que les filles pas loin de moi et je vois alors la préparation de la mixture : half beer, half cidre de pomme et sirop de grenadine. Les autres prennent une bière blonde classique et nous trinquons ! Mon « Monaco » n’est pas si mauvais que ça, il est super doux et on ne sent pas le goût de l’alcool. C’est parfait pour moi ! Les autres, curieux de savoir ce que c’est, me demande s’ils peuvent goûter eux aussi. Et là… ils font une drôle de tête : trop sucré pour eux et pas assez d’alcool, ça ne passe pas ! Nous décidons de rester devant le bar jusqu’à ce que nous ayons fini nos verres avant d’aller écouter le chanteur. Je finis le premier mon verre mais ce n’est pas très étonnant vu qu’il s’agit plus d’un jus de pomme que d’une bière. Les autres terminent quelques minutes après et il est donc l’heure d’aller sur la piste. Même si je ne connais pas la moitié des chansons, je me prends au jeu et danse avec les autres. Je ne vois pas le temps passer mais il déjà 1h30 du matin et nous décidons de rentrer pour se coucher. Une autre journée commencera bientôt et TJ doit se lever tôt pour aller bosser.

20150905_235239

Le lendemain soir, un petit groupe de backpackers de mon auberge (environ 20 personnes) décident de sortir à Newtown. Situé au sud-ouest du CBD, ce quartier accueille toutes les personnes souhaitant faire la fête, se restaurer et boire un coup. Dans les rues de Newtown, une multitude de personnes se croisent, cherchant un bar ou restaurant dans lequel elles pourront se poser entre amis. La file d’attente à l’entrée est plus ou moins importante et généralement lorsque des gens voient qu’il y a du monde c’est un signe de qualité et la queue s’agrandit de plus en plus.

Certains membres de notre groupe ont déjà une idée en tête et nous amènent à un bar situé à environ 15 minutes à pieds de la station de métro Newtown. Malheureusement, l’attente est tellement longue que nous décidons d’essayer ailleurs. Durant notre trajet, je commence à discuter avec une Anglaise très sympa qui m’explique que dans son pays elle était infirmière et qu’ici il lui est impossible d’exercer. Elle doit donc se rabattre sur des jobs du type babysitting ou autre petits boulots typiques de backpackers.

On arrive enfin au bar qui est divisé en 2 parties : d’une part le bar à proprement parlé avec son comptoir, ses nombreuses tireuses à bière, son chanteur jouant en live et un billard. De l’autre côté, une partie restaurant avec une terrasse. Une fois à l’intérieur, tu peux très facilement passer du bar au restaurant sans aucun problème ! Compte tenu qu’il y a moins de monde du côté restaurant, nous décidons de prendre un verre là bas d’autant plus qu’un petit bar est présent au fond de la salle. Sans surprise, tout le monde est à la bière mais je décide de ne rien prendre car je n’ai pas envie de boire d’alcool ce soir, même juste un Monaco. A ce moment là, le groupe décide de se séparer car certains veulent manger tandis que d’autres veulent aller en terrasse pour fumer et boire leur verre tranquillement.

Mon choix est vite fait, mon ventre me supplie d’aller avec ceux qui vont manger. Je m’exécute donc mais hésite à prendre quelque chose. Pour commander, j’apprends qu’il faut se rendre devant la cuisine où une serveuse prend les commandes. Aricia, la Française qui partage ma chambre prend une gauffre au chocolat, un Anglais prend un burger. Même si j’ai faim, je décide de tenir et de ne rien prendre car j’estime avoir assez manger ce midi. Nous prenons donc une table et commençons à parler en anglais de tout et de rien. Lorsque leur plat arrive, j’en ai l’eau à la bouche et tout le monde m’ordonne d’aller me prendre à manger. Après avoir résisté quelques minutes, je me vois contraint d’exécuter leur ordre et mon ventre les en remercie ! Devant le menu affiché au-dessus de la cuisine, je vois des plats divers et variés mais dont je ne comprends pas tous les détails… Oui je ne suis pas bilingue en Anglais et des noms d’ingrédients que je n’utilise pas fréquemment me sont inconnus. Jouons la carte sécurité et prenons un burger steak haché et bacon. Après avoir payé 17$, la serveuse me tends un support où est écrit en haut le numéro de ma commande. Une fois le burger préparé, la serveuse pourra facilement me retrouver dans la salle avec ce numéro. Après 10 minutes d’attente, un burger énorme accompagné de frites arrive. La serveuse a à peine le temps de le poser, que je prends mes couverts et entame mon burger goulûment ! Quand l’Anglais voit que j’utilise des couverts, il ne peut s’empêcher de me dire qu’un burger avec des frites se mange à la main uniquement mais vu que je suis un Frenchie ça ne l’étonne pas. Après lui avoir expliqué que je déteste manger avec les mains, il jette l’éponge et n’essaye plus de me convaincre que ma manière de manger un burger n’est pas la bonne.

20150906_193322

A peine le repas terminé, une partie de l’autre groupe nous rejoint et nous explique qu’ils se rendent à un autre bar où un ami de TJ l’attend. Je pars avec eux bien évidemment, ça me permettra de visiter de nouveaux lieux ! En chemin, je discute avec Liselot et Roger, un chinois, arrivé à l’auberge la veille. Au bout d’un moment, Liselot et moi-même nous rendons compte que Roger ne comprend pas les questions qu’on lui pose. Au lieu, de nous demander de répéter, il préfère sourire et faire comme s’il avait compris. On lui explique qu’il n’y a pas de gêne à avoir de demander à répéter car nous sommes tous dans le même cas même si certains se débrouillent mieux que d’autres. Soyons honnêtes, j’ai pour le moment du mal à comprendre lorsque les gens parlent et je dois me concentrer à fond pour déchiffrer les différents accents, élocution et rapidité de débit de paroles de chacun. Mais contrairement à Roger, je n’hésite pas à stopper la conversation et demander soit de répéter soit de m’expliquer la signification de mots ou d’expressions qui m’échappe. Même avec ces explications, il n’ose toujours pas nous arrêter lors de notre conversation pour nous demander de répéter. Quelques minutes passent et Roger rejoins d’autres membres de notre petite expédition derrière nous. Liselot m’explique alors que les asiatiques et plus spécifiquement les chinois ont un peu honte de leur accent très prononcé et de leur difficulté de compréhension. Pour ces raisons, les chinois restent beaucoup entre eux lorsqu’ils vivent à l’étranger, n’arrivent pas à se mêler aux autres et malheureusement ne peuvent pas progresser dans leur Anglais. Je trouve ça dommage mais chaque nationalité a ses petites particularités et je me vois mal juger les autres !

Ahhhh !! Nous arrivons enfin au bar dont l’entrée ressemble plus à une petite église mais avec la singularité d’avoir sur son mur de l’extérieur un nounours en mode crucifixion… Chaleureux tout ça mais qu’à cela ne tienne, nous rentrons quand même. Après avoir marché dans un couloir plutôt sombre, éclairé juste par des lumières rouges, nous arrivons dans la pièce principale. Il y a 2 étages, le bas pour prendre un verre et le haut pour dîner. TJ appelle son ami qui se trouve à l’étage mais compte tenu que nous avons déjà mangé, nous ne pouvons monter le voir. L’endroit pourrait être sympa sauf que la pièce est assez étroite et qu’il n’y a plus de places où s’asseoir. Cela change du bar que nous avons quitté 10 minutes avant ! Aricia et moi-même décidons alors de repartir au premier bar et prévenons les autres pour ne pas qu’ils nous cherchent trop longtemps.

20150906_204802

En chemin, nous remarquons dans les rues une multitudes de dessins, tags et devantures de vitrine peu communs que je n’avais pas remarqué précédemment étant trop concentré à discuter avec les autres. Même si je sais qu’il faut parler Anglais, des discussions en Français de temps en temps sont agréables. Ton cerveau n’est pas en constante activité et il peut ainsi se reposer avant de devoir repartir dans le déchiffrage de conversation.

Nous faisons plusieurs arrêts pour prendre des photos de tag qui sont avant tout des œuvres artistiques et non de minables graffitis. J’en ai adoré 2 plus particulièrement représentant les dieux Hindous Ganesh & Shiva : juste magnifique !!! Quand c’est bien fait, le Street Art est un plaisir pour les yeux !

20150906_183319

20150906_183332

De nouveaux au 1er bar, nous rejoignons en terrasse ceux qui sont restés et je me retrouve à côté de l’infirmière Anglaise du début de soirée. Tout se passe très bien jusqu’à ce que la pluie s’invite à la fête. Heureusement, des parasols nous protègent de la pluie de part et d’autre de la table. Euhhhhh, Aricia et moi, nous rendons compte que nous sommes positionnés exactement entre les 2 parasols et que nous prenons l’eau ! Je sais que je suis chiant mais je demande aux autres de se décaler car je n’ai pas envie d’être trempé, d’attraper froid et être malade dès le début de l’aventure. 1h passe et je sens que la fatigue prend le dessus… Je vois alors Aricia partir et j’en profite pour la rejoindre, prendre le métro et aller me coucher, après une nuit riche en activités !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s