Le Blue Parrot Backpackers Hostel

Me voilà enfin à l’auberge de jeunesse, le Blue Parrot Backpackers, que j’ai réservé pour 14 nuits. Le nom Blue Parrot signifie le « perroquet bleu » en Anglais. Vous allez me dire pourquoi un perroquet et bien il faut savoir que cet animal est très répandu à Sydney. Il ne passe pas un jour sans en croiser un surtout dans les parcs et endroits où ils trouveront de la nourriture. En France, nous avons des pigeons, en Australie ce sont des perroquets : quel animal je préfère, je pense que vous connaissez déjà la réponse ! Le perroquet bien sûr !!

Revenons à nos moutons, l’hôtel est tenu pas 2 sœurs, Effie & Sasha, très accueillante. En effet, je viens à peine d’arriver qu’elle me dise bonjour avec un grand sourire, me demande comment s’est passé mon vol, m’explique que c’est un hôtel calme et familial où je pourrais me reposer facilement. Seulement 50 places de disponible ce qui est très peu comparé à d’autres hôtels qui ressemblent plus à des usines. Après m’avoir donné les clés de la porte d’entrée, celle de ma chambre et me donner le code Wifi (Internet est gratuit ici!!!), Effie me propose de me faire visiter l’hôtel : à côté de l’accueil, se trouve le salon avec une immense TV et des films pour passer le temps après une journée intensive en visite. Pas loin de là, nous entrons dans la salle à manger attenante à la cuisine. La 1ère pensée me venant à l’esprit est l’étonnante propreté de ce lieu. J’en fais part à Effie qui me dit qu’elle tient absolument à ce que cet endroit reste propre et agréable pour tout le monde et en profite pour me donner quelques règles de bonnes conduites :

  • Chaque personne se doit de nettoyer les ustensiles utilisés pour cuisiner,
  • Pas d’alcool après minuit,
  • Le silence est de mise dans le salon afin que l’on puisse profiter du film en toute sérénité,
  • Dans les chambres, les affaires ne doivent pas traîner au sol afin que les employés chargés du nettoyage puisse faire le travailler tranquillement,
  • Chose plus étonnante : il est interdit de se faire des teintures. Je ne peux m’empêcher de sourire et Effie me précise alors qu’elle a été obligée d’instaurer cette règle suite à plusieurs accidents ayant laissé des traces dans les salles de bain et moquettes des chambres.

Après ce petit intermède, nous allons à l’étage où se trouvent les chambres et salles de bain. Effie me montre ma chambre que je partagerai pour le moment avec 3 autres personnes : une Française, un Italien et un Anglais qui ont tous pris un des lit du bas. Je suis donc contraint de choisir ceux du haut et mon choix se porte sur celui au-dessus de la Française. Je laisse alors ma valise en-dessous du lit du bas et mon sac à dos dans le casier qui m’est attribué.

Je redescends à l’accueil et les 2 sœurs me demandent si j’ai d’autres questions. Bien sûr que oui !

  • Tout d’abord, où se trouve la banque Westpac la plus proche ? Dans la rue à 1 minute de marche
  • Où pourrais-je acheter une carte Sim ? L’hôtel en vend !
  • Un supermarché dans la rue ? Oui juste à gauche de l’hôtel
  • La station de métro Cross ? 5 minutes à pieds

Super tout est à proximité ! Je vais essayer de finir toute la partie administrative cet après-midi du coup.

Procédons par étape, en 1er, la carte Sim. J’achète une recharge Vodafone de 50$ (appel, SMS & Internet), carte Sim incluse. Pour activer tout ça, il suffit juste de se rendre sur le site Internet de Vodafone et suivre les étapes d’activation. Très simple en théorie et malheureusement, cela ne se passe pas comme prévu. Après avoir créé mon numéro de téléphone, la fenêtre de la page Web Vodafone se ferme sur mon ordinateur sans avoir pu écrire quelque part mon numéro… Le fait est que pour recharger la carte Sim, j’ai besoin d’indiquer mon téléphone. Je retourne sur le site Vodafone, je vais sur mon compte et rien n’apparaît. Bon, il ne me reste plus qu’à appeler la hotline pour qu’ils puissent me le donner. Comme pour toute boîte vocale, je dois appuyer sur plusieurs options avant de tomber sur quelqu’un. Après avoir taper sur le 1 puis le 2, puis le 1 à nouveau, puis le 3, j’arrive à avoir un employé Vodafone qui me redonne mon numéro. OK that’s done. Maintenant essayons d’appeler l’hôtel pour savoir si ma carte Sim fonctionne. Miracle c’est bon ! Je demande alors à Effie de m’appeler en retour et… elle tombe sur ma boîte vocale. Je ne suis pas plus étonné que cela. Je deviens habitué aux problèmes techniques. Je décide de rappeler la hotline qui débloque la situation et maintenant j’ai un téléphone australien opérationnel. Je regarde l’heure et il est déjà 16h. Ce problème de téléphone m’a quand même pris 1h de mon temps alors que cela aurait dû être fait en 5 minutes.

Allez, direction la banque car celle-ci ferme à 17h pétante. Il faut savoir que les Australiens sont très à cheval sur les horaires. Contrairement à la France, où il est mal vu de partir avant 18h même si tu n’as plus rien à faire signifiant alors que tu te roules les pouces, en Australie, tu n’as pas intérêt à partir après tes horaires, c’est très mal vu ! Cela veut dire que tu n’arrives pas à manager ton temps et donc que tu n’es pas efficace (j’aime bien cette façon de voir les choses).

J’arrive à 16h05 à la banque avec tous mes papiers et leurs photocopies. A l’accueil, une jeune femme me dit de patienter car elle est au téléphone et que cela ne prendra que quelques instants. Malheureusement le problème prend plus de temps que prévu et les 5min se sont transformées en 30min. Après cette attente, je la vois revenir vers moi munie d’un jolie sourire et d’un « Hi, How are you ? » Je lui explique que je souhaite activer mon compte et commander une carte de débit. Compte tenu qu’elle n’a pas les compétences pour faire cela, elle me demande de patienter une nouvelle fois, en attendant qu’un des banquiers viennent me chercher.

10min plus tard, un homme d’une trentaine d’année vient me voir et commence à me parler en Français ! Comment a-t-il su ma nationalité alors que je n’ai pas ouvert la bouche. Je fais si Français que ça ? Non c’est plus simple, il a vu mon passeport que je tiens à la main. Nous nous installons dans un des bureaux vitrés et il commence à activer mon compte et là… Problème technique, il lui est impossible d’y accéder. Il ne reste plus qu’à clôturer mes 2 comptes (courant et « livret A ») pour en réouvrir d’autres et bien entendu transférer mon argent ! Tout se passe alors normalement et à la fin, il m’indique que ma carte de débit sera prête dans quelques jours et que je pourrais la récupérer à la banque même.

17h – la banque ferme et je rentre quelques minutes pour déposer mes papiers puis le voilà parti au supermarché, faire quelques courses afin d’avoir quelque chose à manger demain matin et pour les prochains jours. Il s’agit d’un magasin de proximité qui ressemble aux nôtres rien de spécial. 1ère chose à faire, trouver le Nutella. Pour ne pas perdre de temps, je demande à un employé qui me montre le rayon. Je termine mes emplettes : du poulet, de la salade, huile d’olive, muffins anglais qui serviront de tartines au petit-déjeuner, des poires et du jus d’orange. Dans le rayon, je me perds vu la diversité de marques présentes mais 90% des jus de fruits sont des jus à base de concentré avec un packaging qui ressemble à des bidons de lessive, ça ne donne pas très envie. La sélection devient alors très restreinte, seulement 5 références sont des purs jus et 1 seul est du jus d’orange. Voilà qui est fait. Direction la caisse pour payer et rentrer enfin me reposer à l’auberge car il fait déjà nuit, j’ai plus d’1 jour de voyage dans les pattes et 8h de jetlag par rapport à la France.

Ci-dessous le rayon jus de fruits du supermarché :

20150903_175533

20150903_175540

 

Je vais dans la cuisine pour ranger mes affaires dans les frigos et placards sans oublier d’écrire mon prénom et numéro de chambre sur chaque produit sans quoi ils partiront à la poubelle le dimanche, jour du nettoyage.

Je retourne après à ma chambre, prendre une douche et me coucher. Demain sera un autre jour et je pourrais commencer à rencontrer les autres backpackers et visiter Sydney…

Un petit film de l’auberge où je réside en ce moment :

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. annie chan dit :

    ton hôtel a l air vraiment sympa et surtout très propre gros bisous

    J'aime

    1. fabienchan13 dit :

      Oui c’est très familial

      J'aime

  2. Karine dit :

    Merci pour la petite visite commentée de l’auberge. C’est cool. Bizzz

    J'aime

    1. fabienchan13 dit :

      De rien, avec plaisir !!

      J'aime

  3. annie chan dit :

    e rayon de jus de fruit ressemble vraiment à un rayon de produits menagers de chez nous

    J'aime

  4. Effie dit :

    Wow this Blue Parrot hostel sounds awesome! 😉 What a lovely description Fabien! I love it! Merci Xx

    J'aime

  5. Effie dit :

    PS the « Black Label » orange juice is the best! Haha

    J'aime

  6. Sasha dit :

    Fabien! You are so sweet, we loved having you with us at the Blue Parrot! Please come to visit us whenever you like & good luck with the new apartment! Enjoy the rest of your time in Sydney… We will miss our ‘model’ hehe 😉 Bisous xoxo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s